Novembre 2004

No122 - CULTURE : Abissa 2004, Grand-Bassam vit au rythme de son carnaval annuel

3 Novembre 2004

La tribu Nzéma Kotoko de Grand-Bassam a commémoré pour la énième fois, le dimanche dernier, la traditionnelle danse sacrée appelée Abyssa.

Durant 7 jours, du 31 octobre au 7 novembre, les 7 clans du peuple Nzéma regroupés dans la ville historique chanteront et danseront l’Abyssa ou Koundoum. Tous les après-midi de la semaine, sont organisées des manifestations de travestis, fête de souvenir où les vivants, les morts, les dieux communient pour une vie meilleure.

La journée du mardi se singularisera par la grande sortie de la tribu et du roi Tanoé Amon qui préside les festivités interrompues depuis deux ans. Il est prévu ce mardi la grande parade des komiens, des jumeaux, des 8e et 9e enfants ainsi que tous ceux qui portent un nom prédestiné.

La journée du jeudi est dédiée aux cadres pour qu’ils puissent assumer leur rôle et leurs responsabilités dans la gestion de ce riche patrimoine culturel et touristique. Le dimanche 07 novembre marque la fin du cérémonial avec le rituel des purifications du grand peuple Nzéma suivi du Nzulenou ou rite du début du nouvel an. Les rideaux se fermeront avec le message très attendu du roi à sa communauté et les réjouissances en fanfare.

Ainsi, le bilan annuel dressé de la société et des individus, le peuple pardonné ou félicité, purifié, “relooké”peut à présent aborder l’année naissante confiant et déterminé. Au cours de cette semaine festive, les danses de funérailles, les pratiques fétichistes, de sorciers ou de guérisseurs sont proscrites. Seules les sonorités du tam-tam majeur Edobgolé sont autorisées. Ne sont admis à la danse que les initiés des 7 familles reconnues.

L’Abyssa est une danse annuelle de bilan, de purification, de retrouvailles, de catharsis et de pardon dont l’origine remonte à l’exode des Akan, venus des immenses sables “Agnuan Agnuan” vers le Xième siècle. Pour appeler la bénédiction des ancêtres, chaque Nzéma portera le symbole de l’un des 7 clans auquel appartient son géniteur : feu, calebasse, igname, riz, maïs, graine de palme et or.

Source : Fraternité Matin No11999


No121 - TOURISME - Assinie : Le Paradis terrestre du sud-est ivoirien, réputée pour ses fameux cocotiers ombrageant une magnifique étendue de sable blanc

3 Novembre 2004

Les localités d’Assinie et d’Assouindé dans la région du Sud-Comoé sont les endroits les plus prisés par les touristes. Après une heure de route environ à travers les plantations de cocotiers et d’ananas, au sud-est d’Abidjan, le visiteur arrive à Assinie, paradis de la Côte d’Ivoire. A cause de ses plages de sable fin et ses lagunes. En cours de route, un arrêt à la ferme de crocodiles, unique en son genre, enchantera le touriste à Assouindé.

Située à une heure d’Abidjan, la capitale économique de la Côte d’Ivoire, Assinie est une station balnéaire très bien équipée, aux multiples installations touristiques. Le club Méditerranée y a élu domicile sur une plage paradisiaque . Assinie est aussi réputée pour ses fameux cocotiers ombrageant une magnifique étendue de sable blanc, mais également pour la bonne ambiance de son village de pêcheurs.

Assinie campe sur la frontière de la Côte d’Ivoire avec le Ghana voisin. Assinie se situe à la pointe d'une grande langue de sable qui part d'Abidjan en passant par Grand-Bassam. D'Assinie à Mafia, ce sont 20 km de plages avec du sable fin et propre à perte de vue. Depuis une fosse au large d'Abidjan, les fonds remontent en pente de plus en plus douce en allant vers Assinie.

Avec son sable blanc, fin et doux au toucher, ses cocotiers qui se laissent amoureusement bercer par le vent… Assinie a tout d'un paradis sur terre. Cet endroit accueille depuis 1960, des villages de vacances, et des centres de loisirs de renommée internationale. Et depuis, chaque fin de semaine, les touristes occidentaux et autres excursionnistes ivoiriens d’une certaine classe n’hésitent par à rallier les 80 km depuis Abidjan pour se prélasser et découvrir ses merveilles.

Non loin d’Assinie à Assouindé se trouve le village aux palétuviers géré par le groupe Valtur. Le visiteur peut y pêcher, chasser ou observer des soles, des barracudas, des bonites, coryphènes, des wahoo, des yellows fins, des cachalots, des capitaines, des marlins, etc. De quoi éviter tout ennui aux amateurs de la pêche dans ce paradis des poissons.

La "Ferme aux Crocodiles"

La "Ferme aux Crocodiles" Crocodile Dipi où a lieu cet élevage est considérée comme une réserve. La population locale de crocodiles ayant été littéralement "mise à sac"...

L'élevage concerne surtout le "Crocodile", originaire d'Afrique, caractérisé par sa tête triangulaire, avec une grosse dent proéminente sur la mâchoire supérieure et qui vient s'encastrer dans une cavité ménagée dans la mâchoire inférieure. La femelle pond une vingtaine d’œufs qu'elle enfouit dans du sable. Les œufs sont récoltés et mis en couveuse.

Selon la température, ce sont des mâles ou des femelles qui écloront au bout de trois mois. Les petits crocodiles mesurent 30 centimètres et pèsent 50 grammes à la naissance. Le crocodile peut vivre 100 ans, atteindre 6 mètres de long et peser jusqu'à une tonne!

La ferme élève également quelques "Gavials", reptile crocodilien originaire d'Inde ou de Birmanie caractérisé par un museau très allongé, et quelques "alligators" provenant d'Amérique.

Source : Fraternité Matin