Avril 2007

No201 - Konaté Sidiki (ministre du Tourisme et de l’Artisanat) :“L’Artisanat doit être le socle du développement de la Côte d’Ivoire”

30 Avril 2007

« Si les prisons sont, à dessein, taxées de "maison d’arrêt et de correction", c’est parce qu’elles ont pour vocation de resocialiser l’individu et favoriser sa réintégration dans la société. Elles ne doivent donc pas être des mouroirs (…) Nos frères, nos sœurs, incarcérés ont du talent à revendre.

Il faut les aider.» Ces propos, M. Toua Ouattara, Régisseur de la Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA) les a tenus hier, sous le préau de la maison carcérale de Yopougon. Ce, dans le cadre de l’exposition des objets d’art confectionnés par les pensionnaires de la MACA. Placée sous son parrainage, le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Konaté Sidiki, menait sa toute première activité ministérielle, depuis sa nomination à la tête de ce département.

Et cette manifestation a servi de tribune, au ministre Konaté Sidiki, de dérouler tout son programme d’activités et ses ambitions pour ce pan majeur de son département ministériel : « La cérémonie de ce matin est une cérémonie de réarmement spirituel, économique et social à l’endroit de nos frères et sœurs détenus.

Notre priorité est de faire en sorte que les détenus, en sortant d’ici, tous aient un métier», a-t- il promis avant d’afficher ses ambitions : « Notre défi est que l’artisanat connaisse un essor et que le secteur informel soit le socle de l’élan de développement de la Côte d’Ivoire. »

Bien avant l’intervention du ministre, le Directeur de l’Administration pénitentiaire, M. Guéi François, Toua Ouattara, Régisseur de la Maca, Kouamé Florent ( porte- parole des détenus), Kourouma Salimata, responsable du Service socio- éducatif en milieu carcéral, ont tous tapé sur le même clou en présentant, dans les moindres détails, les difficultés et les attentes du personnel et des pensionnaires de la MACA. Le ministre de la Justice, Koné Mamadou a co- parrainé la manifestation.
Source : Le Patriote No. 2272


No200 - Artisanat./ Maca : Le ministre Konaté Sidiki découvre les œuvres des détenus

27 Avril 2007

Le ministre du Tourisme et de l’artisanat, Konaté Sidiki, était hier, à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan, à Yopougon.

Le ministre du Tourisme et de l’artisanat, Konaté Sidiki, a voulu donner un signal fort par sa première sortie en tant que membre du gouvernement. Pour ce faire, il était hier à la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca) à l’occasion de la cérémonie d’exposition des œuvres d’art fait par les détenus.

A cet effet, M. Toua Ouattara, régisseur de la Maca, a indiqué qu’il faut des moyens pour permettre à cette prison de jouer son véritable rôle, celui d’être un relais entre la faute et la punition. C’est dans ce sens, qu’il affirme que des métiers tels que la mécanique, la soudure, la couture et la boulangerie se pratiquent à la Maca qui compte, aujourd’hui, 4341 détenus pour une capacité normale de 1500 personnes.

C’est pourquoi, il sollicite l’aide des uns et des autres. Le porte-parole des détenus, Florent Kouamé, abondant dans ce sens, a demandé l’amélioration de l’alimentation ainsi que la restructuration des bâtiments. En outre, il a plaidé en faveur des magistrats pour le traitement des dossiers avec diligence. Mme Kourouma Salimata, directrice du service socio-culturel, a relevé l’aspect humanisant des prisons si chacun joue son rôle.

Quant au ministre Konaté Sidiki, il s’est réjoui de commencer ses activités gouvernementales par la Maca. Pour lui, l’artisanat peut être un facteur de réinsertion sociale et économique. C’est la raison pour laquelle, le ministère a pris l’engagement de faire en sorte qu’un projet soit monté dans ce sens. Source : Le Front, samedi 28 Avril 2007


No199 - Transport urbain./ Lancement de Sotra tourisme et voyages

27 Avril 2007

Transport urbain./ Lancement de Sotra tourisme et voyages
" Le tourisme occupera une place de choix dans notre politique sectorielle », soutient Amadou Koné "

Le ministre de l’intégration africaine, Amadou Koné, a procédé au lancement des activités de Sotra tourisme et voyages (STV). C’était, mercredi dernier, au siège provisoire de ladite structure en zone 4C.

La société des transports abidjanais (Sotra) veut contribuer à sa manière à la redynamisation du tourisme.

L’un des projets que cette société de transport a initié dans ce cadre, vient de prendre forme. Il s’agit de Sotra tourisme et voyages (STV), une agence de voyages. Le ministre de l’intégration africaine, Amadou Koné qui occupait précédemment le département du tourisme et de l’artisanat, a présidé la cérémonie officielle du lancement des activités de cette agence de voyages.

Qui s’est déroulée le mercredi 25 avril dernier au siège provisoire de ladite agence en zone 4C. Au cours de son intervention, Amadou Koné a dit que c’est un honneur pour lui de lancer officiellement la STV qui se présente comme un outil de promotion du tourisme intérieur, symbolise par ailleurs la diversification des activités de la Sotra.

Il a souhaité que les produits touristiques qui seront exploités par cette agence contribuent effectivement à l’amélioration du tourisme en Côte d’Ivoire. Et positionnent en bonne place la destination Côte d’Ivoire. « Je suis confiant en l’avenir de cet outil de développement. (…), nous serons à vos côtés pour vous soutenir… », dira le ministre de l’intégration.

Qui ajoutera par la suite que le tourisme occupe une place de choix dans la politique sectorielle du ministère. Pour le directeur général de la Sotra, Philippe Attey, la création de cette agence fait partie des projets innovants. Philippe Attey a remercié le ministre Amadou Koné. En rappelant que c’est grâce à sa compétence et à son intervention que le projet a vu le jour.

Le sous-directeur marketing Paul André Daubrey a pour sa part annoncé que les services et produits seront entre autres la balade lagunaire, le circuit découverte, la location de véhicules, etc… Selon ce dernier, quatre types de tourisme seront exploités. Notamment le tourisme d’affaires, culturel, balnéaire et religieux. Source : Le Front No: 1493 du Vendredi 27 Avril 2007


No198 - TOURISTES DE TOUS PAYS, A VOS PASSPORTS!

24 Avril 2007

CÔTE D'IVOIRE : 'DÉCRISPATION TRÈS NETTE' SELON HEDI ANNABI

Au terme d'une visite de 12 jours en Côte d'Ivoire, le Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Hedi Annabi, a estimé devant le micro de la radio de l'ONU dans le pays avoir constaté une « très nette décrispation » de l'atmosphère, soulignant que les Nations Unies poursuivraient leur assistance malgré la disparition programmée de la « zone de confiance » qui sépare le nord du sud.

« Je suis venu en Côte d'Ivoire pour conduire une mission d'évaluation sur la situation après la conclusion l'Accord de Ouagadougou, pour préparer des recommandations au Secrétaire Général », a rappelé Hedi Annabi lors d'une interview avec " ONUCI-FM , hier à Abidjan.

Le responsable du maintien de la paix a affirmé avoir eu « de très nombreux contacts » sur place.
« J'ai consulté très largement nos amis ivoiriens, y compris le Président [Laurent] Gbagbo et le Premier ministre [Guillaume] Soro afin de recueillir leurs sentiments sur la situation et de recueillir leurs avis sur le rôle qu'ils souhaiteraient voir les Nations Unies jouer dans la mise en oeuvre de l'Accord », a-t-il dit.

Le président Gbagbo a nommé le 26 mars dernier Guillaume Soro, le chef des Forces nouvelles, mouvement rebelle qui contrôlait jusqu'à présent le nord du pays, au poste de Premier ministre.

« J'ai trouvé qu'il y avait une décrispation très nette, très perceptible de la situation dans le pays, et j'ai trouvé auprès des responsables ivoiriens l'expression d'une volonté très claire de mettre en oeuvre l'Accord de Ouagadougou et d'essayer de s'en tenir dans toute la mesure du possible au chronogramme annexé à cet Accord », a-t-il affirmé.

L'Accord de Ouagadougou, signé entre Laurent Gbagbo et Guillaume Soro le 4 mars 2007, et facilité par le président de la Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest, le président burkinabé Blaise Compaoré doit permettre de résoudre « les problèmes clefs qui avaient empêché les progrès sur l'identification de la population, le désarmement, la réforme et la restructuration des forces armées, la restauration de l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du territoire, la réunification du pays et la préparation des listes électorales, afin d'assurer des élections crédibles, libres et justes ».

A la question de savoir quel serait le rôle de l'ONU après la signature de cet accord, Hedi Annabi a souligné que tous ses interlocuteurs, à commencer par le président Gbagbo, avaient confirmé « leur souhait de voir l'ONUCI continuer son travail pour appuyer la mise en oeuvre de l'Accord ».

Il faudra toutefois apporter certains ajustements à l'action de l'ONUCI, à commencer par celle qui dérive de la suppression de la « zone de confiance », zone contrôlée jusqu'à présent par les forces des Nations Unies et les forces françaises appelées « Forces impartiales », qui sert de zone tampon entre le nord et le sud.

« La zone de confiance doit être remplacée par une ligne verte le long de laquelle les Nations Unies doivent installer des points d'observation. Ne serait-ce que ces dispositions de l'Accord nécessitent déjà un ajustement de notre dispositif », a fait remarquer Hedi Annabi.

Ce dernier a précisé que si « la responsabilité du maintien de la loi et de l'ordre dans la zone de confiance » serait « transférée aux Brigades Mixtes ivoiriennes », les forces de l'ONUCI et les Forces impartiales, tout en se retirant de la zone de confiance, conserveront une « présence significative ».

Interrogé par ailleurs sur la tenue des élections présidentielles, déjà reportées en octobre 2006, le Secrétaire général adjoint a souligné que toutes les parties concernées lui avaient « réaffirmé leur détermination et leur volonté de voir se tenir en Côte d'Ivoire des élections libres, crédibles, propres, transparentes, conformes aux normes internationales en vigueur ». Source : ONU, New York, 24 avril 2007 12:00PM


No197 - Développement durable en Côte d’Ivoire : Le Groupe Accor va planter 10 000 arbres

20 Avril 2007

Planter 10 000 arbres. C’est l’opération que lance le groupe Accor en partenariat avec le ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêts ainsi que l’Agence nationale pour le développement rural (ANADER).

L’information a été donnée à la presse le lundi dernier, à l’hôtel Sofitel-Plateau, par M. Daniel Lin, Directeur général du Groupe Accor Côte d’Ivoire. « L’opération 10 000 arbres pour la Côte d’Ivoire » qui s’inscrit dans le cadre des « Earth guest days», concerne pour le projet pilote, la localité d’Ebimpé, à Anyama.

Selon M. Lin, ce projet qui a pour fondement la protection de l’environnement est une action enclenchée depuis 2006 dans le monde entier. Il s’agit de mener dans chaque pays, plusieurs projets à caractère environnementaux, économiques et sociaux pour les populations.

Les arbres sélectionnés sont l’hévéa, l’amandier et l’anacardier. La cérémonie de lancement du projet du Groupe Accor démarre le dimanche 22 avril prochain à Ebimpé et va consister à planter ces variétés d’arbres. Après cette phase pilote, ce seront les localités de Sanougonefla (Sinfra), Toumodi, Ouaninou (Touba) et Damé (Bongouanou) qui bénéficieront à leur tour des plants sélectionnés.

Ces anacardiers, amandiers et hévéas qui seront plantés permettront ensuite de créer des coopératives de jeunes dans les villages. Cette frange de la population sera formée et encadrée par l’Anader afin de mieux suivre et entretenir ces arbres. L’objectif pour le Groupe Accor étant de freiner la désertification, lutter contre les gaz à effet de Serre et développer à terme des projets.

Sur le plan social, cela permettra de créer des emplois pour les jeunes des villages. «C’est une opération qui répond à la protection de l’environnement. Et le Groupe Accor a décidé de s’engager pleinement dans le développement durable. », a dit M. Lin. Quant à M. Pedia du ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêts, tout en saluant l’initiative de ce groupe, a souhaité que son exemple soit suivi par d’autres structures. Surtout que de 16 millions d’hectares de forêt en 1900, il ne reste pour l’année 2007, en Côte d’Ivoire, que 4,196 millions d’hectares de forêt. Rendez-vous est donc pris ce dimanche à Ebimpé, pour le lancement de la phase pilote. Source : Le Patriote No. 2265


No196 - 29ème édition du Popo Carnaval 2007 - Cette année, le consensus

19 Avril 2007

Du 18 au 28 avril 2007, les Abouré Ehivet de Bonoua vont célébrer la 29ème édition du Popo Carnaval de la cité de l’ananas.

Cette activité majeure du Sud-Comoé est devenue une institution et va drainer cette année encore, selon les organisateurs du festival, près de 70 000 personnes. Ce sera un moment privilégié d’expression de joie et de défoulement populaire pour les habitants de Bonoua et les milliers de festivaliers qui vont faire le déplacement.

Le gigantesque défilé qui porte son nom va offrir l’occasion aux nombreux participants en masques, de s’adonner sans retenue à la satire des mœurs de la société, en vue de la purifier par le rire, la raillerie sans rancune et sans risque.

Le ″Popo Carnaval″ de Bonoua qui a gagné en maturité, a vu au fil des éditions, sa durée augmenter. D’une journée à l’origine, elle est passée à 12 jours aujourd’hui.

Des activités annexes au défilé ont été créées. Il s’agit des manifestations culturelles tels que les concours de beauté (Awoulaba, Ebè) et des activités économiques comme la foire agricole et commerciale et le forum des décideurs.

Ces extensions du Popo visent à un meilleur enrichissement de la manifestation d’une part et à la création d’un marché d’autre part. C’est donc un vaste espace publicitaire, générateur de prospérité pour les affaires.

Ce que le Conseil général compte faire.
Cette année comme l’année dernière, le Conseil général, partenaire privilégié du ″Popo Carnaval″ sera présent. Du 18 au 28 avril que va durer le ″Popo Carnaval″, l’institution chère au président Innocent Akoï Kacou va s’offrir un stand pour expliquer ses activités.

Plusieurs innovations sont attendues sur le stand du Conseil général. Le Popo Carnaval va être un prétexte pour l’institution de développement qu’est le Conseil général, de faire connaître son site Internet www.cg-bassam.com aux nombreux visiteurs.

Ensuite, d’effectuer le lancement d’une vaste campagne de communication institutionnelle (sur 1 mois) dont le slogan selon le service de communication est : «construisons la suite ensemble». Le président Innocent Akoï Kacou ambitionne de replacer le citoyen au cœur du débat local mais surtout, en s’appuyant sur les avis et suggestions des uns et des autres pour dessiner les grands axes d’une politique départementale toujours plus proche de leurs intérêts.

Ainsi sur un mois (du 17 avril au 17 mai), les populations pourront se prononcer sur les activités du Conseil général dans les pharmacies et autres supermarchés du département où des box vont être disposés ou sur le site Internet de l’institution.

Le Conseil général participera aussi au défilé du 28 avril par la présentation d’une activité phare. Source : Le Courrier d'Abidjan, 19 Avril 2007


No195 - Vincent Aboya : " Il faut créer un certain nombre d’infrastructures "

19 Avril 2007

Tourisme./ Pour l’essor du secteur

En prélude au forum inter-Etats de réflexions sur le développement qui se tiendra bientôt en Côte d’Ivoire, le président de la fédération nationale de l’industrie et de l’hôtellerie, Vincent Aboya, parle des difficultés et des avantages liés à ce secteur d’activités. Selon lui, le développement du tourisme a nécessairement besoin de la création et de la mise en place d’un certain nombre d’infrastructures.

Car, précise-t-il, l’industrie hôtelière ivoirienne a besoin d’être structurée pour se développer. Pour lui, c’est le chemin emprunté par tous les pays du monde ayant réussi leur politique de développement touristique. A titre d’exemple, M. Aboya cite les pays du Maghreb dont la Tunisie et le Maroc qui ont le potentiel touristique prisé par les vacanciers de tous horizons.

Outre ces deux pays, le président Aboya cite l’Afrique du Sud et le Kenya dont le revenu touristique occupe aujourd’hui, une part très importante dans le produit national brut. C’est pourquoi le président de la fédération nationale de l’industrie et de l’hôtellerie insiste sur la création ou l’amélioration des aéroports, à l’intérieur de la Côte d’Ivoire et dans les régions à vocation touristique afin de ne pas se contenter d’un seul aéroport dans la capitale économique.

Aussi, M. Aboya préconise-t-il la vulgarisation des télécommunications accessibles à tous par un système de tarification à moindre coût, la modernisation du transport terrestre, des gares routières, le transport fluvial, ferroviaire et lagunaire. A quelques mois de la fin de son mandat, M. Aboya Vincent qui ne dit pas s’il sera candidat à sa succession, affirme ne pas être totalement satisfait des résultats des activités de la fédération nationale de l’industrie et de l’hôtellerie. Car, poursuit-il, des projets n’ont pu voir le jour pour absence de moyen financier.

Cependant, des actions ont été posées dans l’intérêt des opérateurs économiques du secteur du tourisme, a affirmé le président. ‘’Nous avons, par ailleurs, bénéficié de l’appui de l’union européenne pour organiser un forum inter-Etats de réflexion sur le développement du tourisme au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire », a conclu Vincent Aboya. Source : Le Front No: 1484


No194 - POPO CARNAVAL 2007 - La 29e édition dans le consensus

19 Avril 2007

Du 17 au 28 avril 2007, la ville de Bonoua sera en effervescence. Les Abouré Ehivet de cette localité vont en effet célébrer la 29ème édition du Popo carnaval.

Cette manifestation est devenue à présent une institution. Elle va à coup sûr drainer du beau monde dans la cité de l'ananas. Cette année encore, selon les organisateurs, près de 70 000 personnes sont attendues pour passer des moments de joie et de réjouissance. Le gigantesque défilé du Popo carnaval, un des temps forts, donnera l'occasion aux participants, en masques, de passer au peigne fin les mœurs de la société.

Le Popo Carnaval de Bonoua qui a gagné en maturité, a vu au fil des éditions, sa durée augmenter. Ainsi d'une journée à l'origine, elle est passée à 12 jours aujourd'hui. En outre, bien d'autres activités annexes au défilé ont été créées. Il s'agit de manifestations culturelle et économique comme les concours de beauté (Awoulaba, Ebè), la foire agricole et commerciale et le forum des décideurs. In fine l'objectif, c'est d'enrichir davantage la manifestation d'une part ; et d'autre part, créer un marché ou un vaste espace pour les affaires. Cette année, tout comme l'année passée le Conseil général de Gand-Bassam, partenaire privilégié du Popo sera encore présent.

Durant toute la période du Popo Carnaval, l'institution chère au Président Innocent Akoi Kacou va s'offrir un stand pour expliquer ses activités. Le Popo Carnaval va être un prétexte pour le conseil général de faire connaître son site Internet www.cg-bassam.com aux nombreux visiteurs.

L'occasion sera fort belle aussi pour effectuer le lancement d'une vaste campagne de communication institutionnelle dont le slogan, selon le service de communicationNest: "Construisons la suite ensemble ". Cette démarche initiée par le Président Innocent Akoi Kacou s'inscrit dans sa politique de replacer le citoyen au cœur de la société. Il s'agit de s'appuyer sur les avis et suggestions des uns et des autres pour tracer les grands axes d'une politique sociale toujours plus proche de leurs intérêts.

Ainsi un mois durant, du 17 avril au 17 mai, les populations pourront se prononcer sur les activités du Conseil général dans les pharmacies et autres supermarchés du département où des box vont être déposés. Ou encore sur le site Internet de l'institution. Le Conseil général participera aussi au défilé du 28 avril à travers la présentation de ses activités phares. Source : Le Matin d'Abidjan, N° 440