Mai 2008

No317 - Grand- Bassam : Le pont de la victoire est en réhabilitation

21 Mai 2008

Le pont métallique de Grand-Bassam de 150 mètres de long sur 10 mètres de large, dont le tablier est en béton recouvert d’une couche de bitume, est attaqué par l’embrun marin. Certains éléments tels que les poutres, entretoises, profilés, garde-fous sont défectueux. Sans oublier l’éclairage et les piliers à consolider par du béton tout autour pour limiter la corrosion. Ce sont des études techniques sous-marines qui ont révélé ces dysfonctionnements.

Et qui ont motivé les interventions actuelles pour éviter l’affaissement du pont. Car le pire peut arriver. Aussi la mairie, le ministère des Infrastructures économiques et l’Agéroute ont-ils pris la sage décision de remettre en état cet important ouvrage. Selon N’Guessan Koffi Lus, l’adjoint du chef des services techniques de la mairie, le coût total des travaux se monte à 350 millions de francs. Y compris le renforcement des éléments de fixation de la plateforme métallique du pont de Mondoukou.

Les autorités municipales exhortent la population et les différents usagers à la prudence, la patience et la discipline tout le temps que vont durer les travaux.(depuis le 15 avril, et ce pendant 3 mois). Un ralentissement sera observé dans le trafic. Surtout pendant les périodes de grande affluence. Notamment les week-ends et les jours fériés. Construit en 1928, le pont de la victoire enjambe la lagune Ouladine et sert de trait d’union entre les quartiers France et Impérial.

Il symbolise la victoire des puissances alliées sur l’Allemagne en 1914-1918 et en 1939-1945. Pour la Côte d’Ivoire, ce pont symbolise la glorieuse marche des femmes sur Grand-Bassam le 24 décembre 1949. Pour exiger la libération de leurs époux injustement emprisonnés à cause de leur choix politique. Source : Fraternité Matin


No316 - Bonoua : Les Abouré vont renouveler leur Cour Royale

21 Mai 2008

La cour royale, symbole institutionnel de premier plan en pays Abouré va, dans les prochains jours, se vêtir de nouveaux habits. Elle le fera, à l'effet de présenter un visage plus avenant au public et justifier son rang d'auguste institution. Depuis quelque temps, en effet, la cour accuse le poids des ans et des intempéries qui ont fini par ternir son allure et son image.

La vétusté des locaux, l'insuffisance de pièces et les problèmes d'étanchéité en avaient rajouté à l'exiguïté du cadre. C'est pour pallier ces insuffisances que la notabilité, en accord avec la génération au pouvoir, a décidé d'effectuer des travaux de rénovation et de réhabilitation. Pour prendre une part active à ces travaux de remise à neuf, la Société africaine des plantations d'hévéa (SAPH) a fait récemment un de don de 10 tonnes de ciment à la cour royale.

La remise symbolique du don a eu lieu à la salle de mariages de la mairie. Justifiant les motivations de la société agricole, M. Amoikon Banga, le directeur général adjoint, a dit que l'acte venait en " soutien et à la défense de notre culture et de notre tradition ".

Pour avoir permis à sa structure de développer ses activités sur son sol depuis 1956, la cour et par delà l'institution royale méritait, selon lui, cet appui. Au-delà du don, la SAPH a exprimé sa disponibilité à toujours accompagner les hévéaculteurs réels et potentiels de Bonoua dans la pratique hévéicole.

En réponse au soutien de la société, la notabilité, par la voix de son porte-parole, a traduit sa gratitude au donateur. Parce que pour les gardiens de la tradition, l'assistance du jour se mesure à l'aune de l'intérêt que les responsables de la structure hévéicole accordent à la royauté. Une institution qui, de tout temps, a su accompagner le développement. Source : Fraternité Matin


No315 - Tourisme : Plus de 30.000 Visiteurs à la Foire Gastronomique de Sassandra

13 Mai 2008

Débutée le dimanche 4 mai dernier, quelques mois après la création de la Fédération de l'industrie hôtelière locale, la foire gastronomique de Sassandra s'est achevée ce samedi 10 mai. Contre toute attente, comme l'explique le président de cette fédération, Serges Kragbé, ce sont plus de 30.000 visiteurs venus des quatre coins de la Côte d'Ivoire et d'Europe qui ont été accueillis sur ce site en bordure de mer, au grand bonheur des établissements hôteliers qui ont tous affichés complets.

"Pour un coup d'essai, nous avons réussi un coup de maître. Nous attendions 10 000 visiteurs et nous avons accueillis plus de 30 000 », confie Serges Kragbé, le président la FNIH (Fédération des industries hôtelières, section de Sassandra). Pour lui, cette foire répond au souci de rassembler les 36 maquis modernes dans un même lieu, réconcilier les fils de cette région qui se regardent en chien de faïence, mais surtout faire de Sassandra la destination prisée du pays, afin d' y attirer des investisseurs.

Il pense que les opérateurs de ce secteur sont condamnés à réussir ce pari quand on sait que les autres secteurs d'activité se retrouvent seulement aux mains des non-nationaux (la pêche et le commerce). C'est pourquoi il veut faire en sorte que la foire de Sassandra devienne une institution à l'image du carnaval de Bouaké, du Popo carvanal de Bonoua ou de la course des masques de Man.

Prestations d'artistes de la région et danses de terroir ont meublé l’événement ainsi qu’un concours culinaire. Source : Fraternité Matin


No314 - Artisanat : Sidiki Konaté veut réorganiser le secteur

9 Mai 2008

Les artisans doivent nécessairement s’inscrire dans le registre de la Chambre nationale des métiers de Côte d’Ivoire afin de promouvoir ce secteur d’activité dans le cadre du développement économique et social de notre pays ». C’est l’appel lancé par M. Konaté Sidiki, ministre du Tourisme et de l’Artisanat, à la faveur du lancement officiel de l’identification des artisans sur toute l’étendue du territoire. Ce, en partenariat avec une maison d’assurances de la place. C’était mardi dernier, au centre culturel d’Abobo.

Ce programme s’inscrit dans le cadre des élections de la Chambre des nationale de métiers de Côte d’Ivoire (CNMCI).

L’objectif, selon lui, est de « dénombrer les artisans afin de connaître le poids réel de ce secteur dans l’économie nationale ». A cette occasion, il les a exhortés à mettre de l’ordre dans leur secteur d’activité. En s’identifiant et en étant membre du ministère de l’Artisanat. Car, selon lui, « trop de désordre apporte du discrédit à ce secteur d’activité ». M. Konaté a salué également les partenaires pour cette action qui vise à aider les artisans à s’assurer. M. Kouéyou Ottokoré, administrateur provisoire de la Chambre, a, quant à lui, souligné que cette action constitue « une étape importante du processus électoral ».

Rappelons que ce programme se déroulera sur une période trois mois et concernera les douze Chambres régionales du pays. Source : Fraternité Matin


No313 - Culture - Popo carnaval : La grande fête a pris fin

5 Mai 2008

Les lampions se sont éteints le samedi 3 mai, sur l’édition 2008 du popo carnaval de Bonoua. L’incinération de sa majesté, le roi Popo, a marqué symboliquement la fin de la grande fête culturelle du peuple Abouré. De ses cendres, renaîtra, comme le phénix, le popo en sa version 2009. C’est le gigantesque défilé du samedi 3 mai qui a fait la synthèse de l’évènement.

Qui a, 12 jours durant, mobilisé sur le sol Abouré-Ehivet, des milliers de festivaliers. Un défilé coloré qui a permis aux visiteurs et hôtes de marque du jour, d’apprécier ce que Bonoua recèle de richesses culturelles, économiques et sociales. La mobilisation de la population locale, des visiteurs internes et touristes, a donné tout son éclat à l’événement. L’édition 2008 a annoncé, en effet, le retour, même s’il reste timide, des visiteurs étrangers.

Les silhouettes d’Européens qui, depuis un moment, avaient disparu du décor, sont réapparues dans la ville, à la grande satisfaction des populations et des organisateurs. L’objectif du brassage culturel a mobilisé, pour le défilé, de nombreux groupes sociaux de même que certaines communautés. Ce qui a fondé la vision commune du commissaire général, M. Hoba Jean et du représentant du grand médiateur, M. Kokora N’goli. Tous deux ont reconnu l’impact national et désormais international de la manifestation.

La foire commerciale, les journées spéciales dédiées au troisième âge ont, par ailleurs, tenu leurs promesses de mobilisation et d’intérêt. Pour une année, Mlle Marcelline Moulo, « l’Awoulaba » et M. Bernard Kocogni, « l’Ebè », vont symboliser à Bonoua la beauté au féminin et au masculin, selon les canons culturels Akan. C’est par le dîner-gala masqué que le popo 2008 a effectivement fermé ses portes pour annoncer, à l’aube, les préparatifs de l’édition 2009. Source : Fraternité Matin, 5 mai 2008


No312 - Économie : RECONSTRUCTION POST CRISE Gbagbo aux Ivoiriens de l’Etranger : “Que votre épargne profite à la Côte d’Ivoire”

2 Mai 2008

Le président de la République, au cours de son séjour aux Etats-Unis, a rencontré les Ivoiriens qui y vivent. Les débats qui ont été retransmis, samedi nuit, par la première chaîne de la télévision ivoirienne, ont permis de voir des Ivoiriens heureux de constater une amélioration de la situation politique en Côte d’Ivoire. Et maintenant que le pays retrouve la stabilité, il faudra bien penser au redressement économique. Sur ce point, le chef de l’Etat a dit attendre beaucoup des Ivoiriens.

Surtout, au niveau de la mobilisation de l’épargne pour la reconstruction post-crise. «Que les Ivoiriens qui ont acquis une expertise et qui ont la possibilité d’épargner à l’Etranger fassent tomber cette épargne chez nous pour leur bénéfice et pour celui de leur pays », a conseillé le Président Laurent Gbagbo. Il indique que des réflexions seront menées dans ce sens, au sommet de l’Etat, pour faciliter la tâche aux concernés. L’appel du chef de l’Etat a été accueilli favorablement. Pour les y accompagner, les Ivoiriens de l’Etranger proposent que l’Etat mette à leur disposition une banque.

C’est le ministre d’Etat, ministre du Plan et du Développement qui les instruira sur l’exercice de l’activité bancaire. « Le secteur est libéralisé dans notre zone. L’activité bancaire est ouverte à tout individu qui veut s’y intéresser. Mais il faudra élaborer un dossier technique et avoir un niveau de capital minimal fixé aujourd’hui à 5 milliards. Le dossier est transmis à la BCEAO, qui, à son tour, le communique à la commission bancaire pour étude. Après quoi, la commission fait des recommandations au ministre de l’Economie et des Finances du pays concerné qui délivre l’autorisation.

Et la banque qui est ainsi créée peut avoir des correspondants dans différents pays et exploiter le réseau qui existe », a expliqué le ministre d’Etat. Bohoun Bouabré souligne qu’aujourd’hui, la création d’une autre banque d’Etat n’est pas envisageable. «Avec les difficultés que nous avons pour maintenir la seule banque (BNI) publique, nous ne sommes pas prêts à engager d’autres batailles dans ce sens», indique-t-il. Répondant à un autre des intervenants qui invitait le chef de l’Etat à leur accorder des réductions sur les droits de douane et taxes à l’exportation, le ministre Bohoun Bouabré s’est voulu également clair. «On ne fixe pas les droits de douanes selon les origines. On ne peut pas traiter les marchandises selon l’exportateur. Toutefois je pense que la question mérite d’être traitée. C’est à dire que dans le cadre de la reconstruction, on peut imaginer que les activités qui peuvent contribuer significativement au redressement rapide de l’économie bénéficient d’un traitement particulier », relève-t-il. Sur un autre point relatif au retour de la BAD en Côte d’Ivoire, Bohoun Bouabré indique que les débats se poursuivent.

Et que le problème de sécurité qui a milité en faveur de la relocalisation des activités en Tunis ne tient plus la route. Le conseil de sécurité des Nations unies ayant ramené l’indice de sécurité à un niveau 2 contre 4 précédemment. C’est dire que logiquement, la BAD ne devrait plus tarder à revenir à la maison mère, Abidjan. Source : Le Matin d'Abidjan


No311 - Tourisme : Une conférence promotionnelle de la Côte d’Ivoire annoncée pour septembre

1 Mai 2008

Une conférence promotionnelle du tourisme ivoirien sera organisée au mois de septembre, a déclaré lundi le Secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), M. Francesco Frangialli.

Cette opération aura pour but de «mobiliser les énergies et le financement en vue d’améliorer l’image de la Côte d’Ivoire et remettre des moyens de promotion minimum pour essayer d’éliminer les recommandations de ne pas voyager en Côte d’Ivoire », a précisé le SG de l’OMT, après avoir été reçu en audience séparément par le Chef de l’Etat Laurent Gbagbo et le Premier ministre Guillaume Soro

La visite du secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme en Côte d’Ivoire se justifie, selon lui, par «des bonnes nouvelles qui leur sont parvenues de la Côte d’Ivoire ». Il s’agit de «l’engagement d’un processus électoral qui consacre le dialogue entre les différentes forces du pays et qui envoie un signal positif à la communauté internationale », et du fait que «le tourisme se porte bien en Afrique». Car, dira-t-il, contrairement à ce que l’on peut penser, l’Afrique a de bon résultat en matière touristique.

L’année dernière, ce secteur a enregistré une progression de 8%. Ce résultat positif qui se situe au dessus de la moyenne mondiale concerne l’Afrique subsaharienne. «Il y a ici en Côte d’Ivoire une opportunité et il y a un marché qui est porteur. Il faut saisir cette opportunité. Ça ne sera pas facile parce qu’il y a des retards qui se sont accumulés. La Côte qui était autrefois une destination en avance sur les autres, a perdu du terrain. Mais nous allons nous y employer pour lui redonner sa place dans le tourisme mondial», a indiqué M. Francesco Frangialli, qui s’est réjoui de la disponibilité du Chef de l’Etat et de son Premier ministre à soutenir cet effort.

Le Secrétaire général de l’organisation mondiale du tourisme a ajouté qu’il allait parler de l’environnement social favorable qui rend la Côte d’ivoire fréquentable au Secrétaire général de l’Organisation des nations Unies (ONU), M. Ban Ki-Moon, afin que soit levé l’interdiction de la destination Côte d’ivoire. Source : Fraternité Matin