Aout 2006

No150 - Ministère du Tourisme et de l’Artisanat : Création d’un centre d’application aux métiers du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration

13 Aout 2006

Le ministère du Tourisme et de l’Artisanat a décidé de créer un centre d’application aux métiers du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration. Ceci, dans le souci de relever le défi de la concurrence et répondre à la fois à l’attente du pays et aux besoins et exigences du marché international.

C’est dans cette optique que le choix de ce ministère s’est porté sur l’hôtel de la paix de Daoukro. Le secteur du tourisme a été fortement affecté par la crise déclenchée en septembre 2002. Le nouveau ministre du Tourisme et de l’Artisanat, conscient de cette situation, a décidé de tout mettre en œuvre pour relancer les activités.

Il s’agit notamment prioritairement de mettre un accent particulier sur les métiers du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration. Pour ce faire, Amadou Koné et ses collaborateurs ont initié la création d’un centre d’application aux métiers du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration. Leur choix s’est porté sur l’hôtel de la paix de Daoukro dont le conseil des ministres a entériné le choix. Il faut noter par ailleurs que l’hôtel de la paix de Daoukro est un patrimoine de l’Etat de Côte d’Ivoire géré par la société des palaces de Cocody, structure placée sous la tutelle du ministère du Tourisme et de l’Artisanat.

L’objectif principal de ce centre sera de contribuer au renforcement des capacités des opérateurs et acteurs des secteurs précités, notamment, par le recyclage et la formation continue des personnels. Le recyclage et la formation continue seront axés sur les points suivants : l’amélioration des conditions d’hygiène en matière d’hébergement de restauration et d’installations, l’amélioration de la qualité des prestations de services au niveau de l’accueil, de l’hébergement et de la restauration, l’amélioration de la qualité des réceptifs et enfin la définition et la maîtrise du produit touristique. En somme, il s’agit donc de mettre en œuvre des modules de formation très pratiques, courts, précis et performants pour des groupes réduits. Le cadre approprié pour de telles formations reste un hôtel en situation de fonctionnement réduit.

Il faut souligner que deux facteurs militent pour le choix de l’hôtel de la paix de Daoukro. Il s’agit notamment de la qualité de ses infrastructures et sa sous-utilisation. Cet établissement, dans l’ensemble, est dans un bon état, excepté la salle des congrès dont le plafond est à refaire entièrement. Avec les infrastructures existantes, l’hôtel peut abriter, sans de lourds investissements préalables, le centre d’application.

Au niveau de la fréquentation, cet hôtel affiche un taux d’occupation de 12%, ce qui signifie qu’il fonctionne partiellement, affecté comme tous les autres réceptifs du pays, par la crise militaro-politique de septembre 2002. Son utilisation aura l’avantage de procurer des ressources additionnelles, de réhabiliter ses infrastructures, de réduire ses charges sociales par l’utilisation du personnel en formation et l’amélioration sensible de la quantité de ses prestations par le personnel en formation et partant d’augmenter son niveau d’occupation.

Source : Le Front No: 1284 du Lundi 14 Aout 2006