Aout 2007

No222 - Diplomatie : Le service des visas de l’ambassade du Japon rouvre

22 Aout 2007

Le service de délivrance des visas de l’ambassade du Japon en Côte d’Ivoire rouvre ses portes à compter du samedi 1er septembre. L’information est donnée par une Note de l’ambassade du Japon en date du 20 août, adressée au ministère des Affaires étrangères.

Finies donc les tracasseries pour les candidats aux voyage dans l’empire du Soleil levant qui se rendaient à Accra, au Ghana ou à Paris, en France, en vue de se faire établir leurs visas. Ils pourront, désormais, les obtenir dans les locaux de la chancellerie de l’ambassade nippone, à l’immeuble Alpha 2000, au Plateau.

L’ouverture du service des visas de l’ambassade du Japon est, à n’en point douter, l’une des retombées de la visite au Japon dans la semaine du 12 au 23 juillet du ministre des Affaires étrangères, SEM. Youssouf Bakayoko.

Lors d’un entretien, au cours de cette visite, qu’il a eu avec son homologue nippon, Taro Aso, le ministre Youssouf Bakayoko a sollicité la réouverture de l’ambassade du Japon à Abidjan, fermée depuis avril 2006. Pour raison d’insécurité.

Le ministre japonais des Affaires étrangères, prenant en compte la requête de la Côte d’Ivoire, a alors annoncé la réouverture de l’ambassade de son pays en septembre. Après avoir passé, par ailleurs, en revue les questions de coopération bilatérale et multilatérale, les ministres Youssoouf Bakayoko et Taro Aso se sont accordés sur la nécessité de la réforme du Conseil de sécurité des Nations unies. Aussi, le chef de la diplomatie ivoirienne avait-il manifesté l’appui de la Côte d’Ivoire à la candidature du Japon au poste de membre non permanent du Conseil de sécurité.

Non sans avoir, auparavant, présenté à son homologue les derniers développements de la situation ivoirienne après l’Accord de Ouagadougou. Le ministre Youssouf Bakayoko avait, du reste, plaidé auprès du Japon un appui pour la consolidation de la paix en Côte d’Ivoire et pour la reconstruction post-crise.

Le ministre Taro Aso, qui s’était réjoui de l’Accord de Ouagadougou, a souhaité sa pleine application. Afin que la Côte d’Ivoire sorte enfin de la crise.

Ernest Aka Simon
Infos: Ministère des Affaires étrangères


No221 - Relance économique de la Côte d`Ivoire : Les consuls honoraires attendus

21 Aout 2007

Du 17 au 23 septembre prochain aura lieu pour la première fois, une conférence des consuls honoraires de Côte d'Ivoire. Avant cette cérémonie, le ministre des Affaires Etrangères, au cours d'un point de presse à son cabinet le 17 août dernier, a donné des détails sur cette conférence. La rencontre des consuls honoraires, selon lui, présente trois (03) intérêts majeurs.

D'abord au plan diplomatique, SEM Youssouf Bakayoko a fait remarquer que c'est la toute première conférence consulaire organisée par la Côte d'Ivoire depuis 1960. Au niveau de l'image ensuite, le ministre des Affaires Etrangères a indiqué "Nous voulons donner l'occasion à nos consuls honoraires, auxiliaires de nos ambassadeurs, de découvrir par eux-mêmes les réalités de notre pays dans toutes ses dimensions". SEM Youssouf Bakayoko a même ajouté que c'est une occasion de constater que le tableau sombre qui leur a été présenté ne correspond pas à la réalité.

Enfin sur le plan économique et commercial, le conférencier a poursuivi pour dire : "A l'heure où la Côte d'Ivoire amorce une nouvelle phase de son histoire, il y a lieu de battre le rappel de tous ceux qui sont susceptibles d'apporter leur contribution à la relance des investissements". Les consuls honoraires, faut-il le rappeler, sont des hommes d'affaires exerçant dans des secteurs économiques et financiers. C

ette conférence, à en croire le conférencier, s'adresse, en dehors des consuls honoraires, aux structures de promotion économique et commerciale, aux opérateurs économiques et aux structures publiques et parapubliques.

Parmi elles, certaines ont appuyé le ministre des Affaires Etrangères de leur soutien à cette cérémonie. Le DG du Port d'Abidjan, Marcel Gossio et celui des Douanes, Gnamien Konan ont d'ailleurs promis faire en sorte que cette conférence engage le pays dans la voie de la reprise économique. 76 consuls honoraires sur 94 travailleront à cet effet. Source : Le Nouveau Réveil, 21 août 2007


No220 - Culture : La Côte d’Ivoire ouvre une représentation culturelle à Paris

11 Aout 2007

En marge d’une visite de travail qu’il a effectuée du 4 au 20 juillet en France, le ministre de la Culture et de la Francophonie, Kouadio Komoé Augustin, a rencontré Mme Rama Yade, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères et aux droits de l’homme de la République française.

Cette visite qui s’inscrit dans la volonté réaffirmée des gouvernements ivoirien et français de nouer des relations utiles entre leurs administrations, a été l’occasion pour le ministre ivoirien d’informer Mme Yade de l’ouverture de la représentation culturelle ivoirienne en France. Dont l’un des interlocuteurs sera sans nul doute “Cultures France”, opérateur spécialisé dans la promotion culturelle au ministère des Affaires étrangères français et dont l’action englobe la division “Afrique en Créations”.

M. Kouadio Komoé a, en outre, présenté à Mme Yade la stratégie sectorielle ivoirienne à l’endroit des organisations de défense des droits de l’homme. Ayant été membre du comité national de rédaction des rapports sur les instruments des Droits de l’Homme, il a surtout relevé l’influence de l’environnement social et politique depuis cinq ans, qui a conduit à la création des ministères en charge des droits de l’Homme et de la réconciliation nationale.

Et indiqué par ailleurs, qu’un facteur déterminant dans les instruments mis en place par la Côte d’Ivoire reste la place importante dédiée à la société civile dans les stratégies mises en œuvre.

Mme Rama Yade qui a été invitée en Côte d’Ivoire et son hôte ont souhaité que la culture demeure un facteur de rapprochement et que la coopération culturelle approfondisse les relations entre leurs deux pays.

Mayane Yapo
Source: Ministère de la Culture et de la Francophonie